Skip to content →

M-m-m-my Sharona !

Sorti en juin 1979, il y a tout juste 40 ans, Get The Knack est le premier album du groupe américain The Knack. Retour sur un classique du genre Power Pop et sur lequel une certaine Sharona déchaînait et déchaîne encore toutes les passions…

Résultat de recherche d'images pour "Get The Knack"
La pochette de l’album intitulé Get The Knack.
La pochette arrière de l’album. Et cette batterie ? Un clin d’œil aux Beatles ?

À l’époque, cet album est culte dès sa sortie et constitue un des débuts les plus réussis de l’Histoire du Rock avec un grand “H” et un grand “R”, se vendant à plus d’un million d’exemplaires en moins de deux mois et passant cinq semaines au sommet des charts quand les charts avaient encore du sens, de la gueule, quoi… Le premier single de l’album, “My Sharona” a été numéro un au Billboard Hot 100 pendant six semaines et numéro un au palmarès Top Pop Singles of 1979. Le single suivant, “Good Girls Don’t“, suit “My Sharona” au premier rang du classement canadien et atteint le numéro 11 aux États-Unis. Un triomphe.

Le clip officiel du single “My Sharona”.

Le groupe s’est formé à Los Angeles en mai 1978 et, après avoir démarché à coups de démos diverses maisons de disques sans succès,il a commencé à jouer dans le circuit des clubs locaux à partir de juin et a donné plus de 50 concerts au cours des six derniers mois de cette même année. Rapidement, ils ont attiré les foules alors que le bouche à oreille se répandait au sujet de leurs shows énergiques et que des musiciens tels que Ray Manzarek, Tom Petty et Bruce Springsteen aient assisté à leurs concerts et ont même parfois rejoint le groupe sur scène. En décembre, treize maisons de disques sans aucune superstition, dont certaines qui les avaient précédemment rejetées, offraient des contrats d’enregistrement. Le groupe a signé avec Capitol Records en janvier 1979.

L’album a été enregistré en deux semaines pour un coût d’environ 18 000 $. Un enregistrement rapide et peu coûteux à une époque où de nombreux artistes établis dépensaient des mois et plusieurs centaines de milliers de Dollars pour enregistrer un album. L’album a été produit par Mike Chapman, qui a notamment écrit des tubes pour (The) Sweet au début des années 1970 dont l’immense “Ballroom Blitz” en 1973. Ce dernier venait de produire l’album phare de Blondie, Parallel Lines.

Un Album Légendaire.

Capitol Records a lancé le disque sur le marché avec la grosse artillerie. Du jamais vu depuis la première vague de la fameuse British Invasion. Avec le soutien marketing du label et des mélodies Pop contagieuses, le disque a pris son envol. Le magazine Rolling Stone ira même à l’époque, jusqu’à les présenter comme “les nouveaux Fab Four“, une référence évidente aux Beatles. Disque d’or en à peine quinze jours ! Platine en moins de deux mois, faisant de Get The Knack l’un des premiers albums les plus rapides à obtenir le statut de disque d’or/platine de tous les temps. “My Sharona” est entré dans le Hot 100 le 23 juin 1979 et est devenu numéro un neuf semaines plus tard le 25 août 1979, où il est resté six semaines. Au cours de l’été 1979, le groupe est au climax avec avec une représentation à guichets fermés au Carnegie Hall de New York. Le groupe était devenu inévitable. Chaque chaîne stéréo et autoradio résonnait sous les coups de tonnerre de leur smash hit. Il a fallu mettre les bouchées doubles pour des icônes du Rock telles que Led Zeppelin pour les renverser de leur trône d’autant plus que comme nous le précisions précédemment, le Billboard a désigné “My Sharona” comme le single numéro un de 1979. Aujourd’hui, il figure toujours parmi les titres les plus vendus de l’ère Rock.

Doug Fieger.

Une tournée mondiale à guichets fermés a suivi la sortie de l’album, mais les lignes de démarcation étaient déjà en train de se dessiner. En ce qui concerne The Knack, soit vous “l’aviez” (Get The Knack), soit vous ne l’aviez pas. Ou plutôt, soit vous aimiez, soit vous n’aimiez pas. Les critiques du groupe se sont concentrées sur la photo en noir et blanc de la couverture de l’album et sur la photo au verso, comme des références évidentes du second album des Beatles, With The Beatles. Les dissidents ont qualifié les chansons de dérivées même si l’album ne sonnait pas exactement comme les Beatles. Certains critiques étaient d’avis que des musiciens aussi intelligents et aussi bons ne pourraient pas être sérieux dans la musique Pop et étaient donc des manipulateurs. Pourtant, l’album continue de se vendre, dépassant finalement les six millions d’exemplaires. Le second single du groupe, “Good Girls Don’t, s’est vendu honorablement, atteignant la onzième position au Billboard. En dépit d’une aversion croissante des critiques pour leur renommée instantanée, le public a toujours demandé plus à The Knack. Cependant, le groupe est retourné au studio pour enregistrer une suite, marquant une pause.

Le groupe prend la pause/pose.

L’Après Succès.

Le second effort du groupe, But The Little Girls Understand, (publié moins de huit mois après leurs débuts) a été enregistré aussi en deux semaines et fut immédiatement disque d’or.

Un an a passé avant que le groupe ne retourne en studio fin 1981 pour son troisième album. Round Trip a été réalisé par le producteur Jack Douglas, tout juste sorti de son travail sur Double Fantasy de John Lennon. Ce disque se voulait beaucoup plus abouti que les deux premiers et montrait clairement une grande variété de styles d’écriture de chansons sans s’écarter du son de The Knack. Le premier singlePay The Devil a été soutenu par un coup médiatique et une tournée des clubs conçue pour ramener le groupe à ses racines.

Prescott Niles.

Mais c’était trop tard. Aussi vite qu’ils ont éclaté aux yeux du Monde, ils étaient partis. Trois semaines après le début de la tournée, le groupe s’est séparé. Le bourdonnement constant de la presse musicale et des soi-disant faiseurs d’opinion avait eu un impact négatif sur le groupe. L’énergie qui avait introduit le groupe dans les grandes sphères de ce monde s’était épuisée car ses membres devaient défendre leur succès auprès d’une presse soucieuse de leur renommée “instantanée”, injustifiée.

Postérité.

Le groupe s’est reformé en 1986/87 pour une tournée, mais n’a pas réussi à sortir un album malgré les réactions enthousiastes des fans face à leur retour. En 1991, une formation révisée (Billy Ward a remplacé Bruce Gary à la batterie) a sorti l’album Serious Fun avec Don Was. Le premier single “Rocket Of Love” a aidé à attirer l’attention des media, mais le label a “annulé” le disque et la promotion de l’album a disparu alors qu’un deuxième single “One Day At A Time” était dans les cartons, prêt à bondir à l’assaut du marché.

Berton Averre accorde ses violons…

En 1994, la popularité de “My Sharona” est remontée après que le titre figure sur la bande originale du film à succès Reality Bites. Le groupe s’était vu proposer deux films en une journée et devait choisir entre eux : “L’une était pour cette comédie branchée mettant en vedette Winona Ryder et l’autre pour la scène du viol homosexuel dans Pulp Fiction. Hmmm, c’est un choix difficile” déclarera ironiquement Berton Averre dans la presse. Soudain, des adolescents trop jeunes pour se rappeler de la chanson en sont tombés amoureux et Sharona comme la “Mathilde” de Jacques Brel est revenue ! Le groupe est même reparti en tournée. Malgré l’absence de nouvelles chansons à offrir, la réponse fut phénoménale.

En 1996, les quatre membres originaux, dont Bruce Gary, se sont réunis une dernière fois en studio pour enregistrer un titre pour une compilation de reprise du groupe Badfinger.

La formation a continué à jouer avec quelques enregistrements à la fin des années 1990 et dans les années 2000. Duane Leinan a rejoint The Knack en studio et sur la route, jouant de la basse de 2008 à 2010. Terry Bozzio a remplacé Ward en tant que batteur etenfin, David Henderson (en tant que “Holmes Jones”) a repris la batterie pour Normal As The Next Guy en 2001 et le Live At The Rock’n’Roll Funhouse.

En 2005, une seule apparition au compteur pour l’émission télévisée Hit Me, Baby, One More Time, interprétant “My Sharona” et une reprise incandescente du titre “Are You Gonna Be My Girl” de Jet.

En 2006, Doug Fieger et Berton Averre ont intenté une action en justice contre le groupe de Rap Run DMC pour violation du droit d’auteur. La poursuite allègue que le riff de guitare principal de “My Sharona” a été utilisé sans autorisation dans le titre “It’s Tricky” de leur album de 1986, Raising Hell. Et Michaël Youn dans tout ça ?

Bruce Gary est devenu producteur et sideman de luxe se produisant sur scène et en studio avec des artistes tels que Jack Bruce, Mick Taylor, Bob Dylan, George Harrison, Cherie Currie, Robby Krieger, Spencer. Davis, Stephen Stills, Rod Stewart, Emmett Chapman et Sheryl Crow. Il est décédé d’un lymphome le 22 août 2006 à l’âge de 55 ans.

Bruce Gary.

En 2006, lors d’une performance à Las Vegas, Fieger est devenu désorienté, oubliant les paroles des chansons qu’il avait écrites et interprétées pendant des années. Diagnostiqué de deux tumeurs au cerveau, Fieger a subi une opération chirurgicale et une radiochirurgie et a repris ses activités. Cependant, il continua toujours à lutter contre les cancers du cerveau et du poumon jusqu’à sa mort, le 14 février 2010, à Woodland Hills, en Californie, à l’âge de 57 ans, mettant ainsi fin au groupe.

À bientôt sur RefrainS.

C.

Partager

Published in Articles Chroniques

Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *