Skip to content →

Their Satanic Majesties Request : l’Album de l’Arc-en-Ciel !

Au mois de décembre dernier nous célébrions le cinquantième anniversaire de l’album Their Satanic Majesties Request des Rolling Stones. Un album qui vient s’ancrer dans le “Flower Power” et le psychédélisme propre à l’année 1967. Il s’agit ici d’un album particulier puisqu’il marque la première et unique immersion du groupe dans la musique psychédélique mais aussi une nouvelle occasion de les voir s’opposer aux Beatles avec une pochette pastiche du Sgt Pepper.
Le résultat est cependant critiqué, ou du moins l’album fait divergence.
Nous vous proposons donc de plonger ou de replonger dans les méandres des expérimentations du groupe de Mick Jagger.

La Genèse…

Résultat de recherche d'images pour "Their Satanic Majesties Request"Les Stones débutent l’année 1967 sur les chapeaux de roues avec l’album Beetween The Buttons porté par le hit “Let’s Spend The Night Together”. Nous sommes au mois de janvier et les mois qui suivent vont voir exploser l’industrie musicale dans tous les sens avec l’émergence de la musique psychédélique. On en retrouve les prémices dès 1966 avec des titres expérimentaux comme “Tomorow Never Nows” des Beatles, le “Eight Miles High” des Byrds ou bien dans le Freak Out de Frank Zappa. Cependant c’est bel et bien en 1967 que ce style va s’étendre.
Mais revenons à nos “mauvais garçons” du Rock : ils sortent Beetween The Buttons au mois de janvier 1967… Puis le monde s’emballe…
Les morceaux psychédéliques affluents ! Les Fab Four sortent “Strawberry Fields Forever”, le Velvet envoie son “Héroïne”. Les Pink Floyd sortent le tonitruant album The Piper At The Gates Of Dawn dans lequel Syd Barrett se positionne en précurseur du genre. Citons encore The Incredible String Band et son The 5000 Spirits Of the Layers Of The Oignon. En bref, les synapses de la création artistiques explosent.
Le style est donc au “psyché et aux albums avec des noms à rallonge et le prochain Stones se doit de figurer dans l’année 1967 au même niveau que ses concurrents.

Les Stones à la Sauce Psyché.

L’album se dessine donc dans cette ambiance de “Flower Power” mêlée d’ennuis avec la justice de la Couronne pour possession de substances pas forcément très légales. L’histoire ne nous dit cependant pas s’il s’agissait seulement de “possession”… Une chose est sûre cependant lors de l’écriture et l’enregistrement de l’album : on peut totalement dire que le groupe était possédé.
Débuté dès le mois de février 1967, l’enregistrement va s’éterniser. Les soucis énumérés précédemment poussent le producteur du groupe Andrew Loog Oldham à claquer la porte laissant le travail de production au groupe.

Résultat de recherche d'images pour "Their Satanic Majesties Request"
Keith Richards et Brian Jones pendant les sessions de l’album.

L’album s’ouvre avec la ballade “Sing This All Together”, sorte d’hymne Summer Of Love équipé d’une rythmique efficace et d’effets sonores intéressants. On note les participations de John Lennon et de Paul McCartney aux chœurs de la chanson. Nous restons cependant dans du soft au vu de ce qui nous attend dans les titres suivants.
La guitare de Keith Richards branchée à la pédale de reverb et c’est le moment d’envoyer “Citadel”. Une introduction toute en accords de puissance qui nous plonge dans la violence stonienne par excellence. Une guitare accompagnée progressivement par divers effets issus des expérimentations de Brian Jones pour emballer l’instrumental.
De son côté, Mick Jagger signe une prestation unique en crachant littéralement son texte sur la bande. Calant son chant sur la rythmique de Keith, Mick donne véritablement l’impression de déglutir son badtrip. L’effet est saisissant. Nous y sommes.

Mais cet album particulier est également l’occasion de voir l’unique participation vocale du bassiste Bill Wyman à la longue liste des titres des Stones.
Il écrit et interprète le titre suivant “In Another Land”, un morceau décrivant la sortie d’un rêve et le moment du passage dans un rêve nouveau. Le mellotron de Brian Jones, le doublage des chœurs de Jagger sur le refrain et la voix de ce bon vieux Bill donne une ambiance floydienne à cet ensemble.

La face A se conclut avec les titre “2000 Man”, morceau qui sera plus tard repris par Kiss en 1979 dans son album Dynasty; et enfin la reprise de “Sing This All Together” composée de plus de 8 minutes d’expérimentations sonores.
On peut apprécier dans cette reprise tout le talent et la volonté novatrice de Brian Jones. Ce dernier en plus de son mellotron qui ne le quitte presque jamais durant les sessions de l’album expérimente des collages sonores avant-gardistes mais gardant tout de même une structure et une logique musicale plaisante (oui, ce n’est pas du Yoko Ono). Le final du morceau fait intervenir un bruit blanc mixé par un oscilloscope, jouant le thème de “We Wish You A Merry Christmas”, et par le son d’un gong noyé dans la réverbération. Cette dernière partie est intitulée “Cosmic Christmas”. Elle conclut donc le morceau et ainsi la face A.
Mais le voyage continue…

Le Pouvoir des Fleurs.

Les Rolling Stones n’échappent pas à leur temps et vont s’inscrire dans le moule du Flower Power et du Peace And Love avec le tube “She’s A Rainbow”. Ce morceau marqué par son orchestration riche et son piano joué dans des aiguës est issu ici de la collaboration avec John Paul Jones (futur Led Zeppelin) pour les arrangements de cordes, et Nicky Hopkins pour le piano.
Les morceaux “The Lantern” et “Gomper” suivent la même logique. Mais là où nous retrouvons un intérêt musical majeur c’est avec le titre “2000 Light Years From Home” : un morceau mêlant guitares et mellotron pour un résultat faisant sensation. Nous ne sommes pas loin des explorations spatiales qu’effectuera un peu plus tard David Bowie.
Le voyage se conclut avec “On With The Show”, pièce idéale pour conclure ce chapitre.

Une Parenthèse Appréciable.

Si l’on regarde la discographie des Rolling Stones, Their Satanic Majesties Request se positionne comme une véritable parenthèse tant il n’a rien à voir avec l’album précédent et le suivant. Nous avions laissé les Stones dans un Rock simple et brut et nous les retrouverons dans Beggars Banquet avec un style beaucoup plus violent.
Pourtant, cette parenthèse demeure en tous points appréciable au regard de ce que le groupe a produit par la suite mais également parce qu’elle s’inscrit malgré ce que certains peuvent en dire dans l’Histoire du rock avec un grand “H” pour ses expérimentations et toute la folie qui l’ont façonnée.
Il y a également tout ce qui entoure l’album. Outre la ressemblance avec Sgt. Pepper, la pochette du vinyle en lenticulaire dans lesquels sont incrustés la tête des quatre de Liverpool que la presse oppose au groupe londonien positionne cet opus dans la légende. Une légende qui ne s’éteindra jamais tant ce style de musique a imprégné notre société et plus généralement le monde.

À Bientôt sur RefrainS.

T.

Partager

Published in Articles

Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *