Skip to content →

Top 10 des Meilleurs Chanteurs par la Rédaction de RefrainS.

Pendant la lecture, profitez de notre playlist spéciale intitulée Top 10 Meilleurs Chanteurs. Retrouvez-la également à la fin de l’article.

Ah, le chant… En chantant comme des casseroles ou avec une justesse parfaite sous la douche ou devant des milliers voire des dizaines de milliers de personnes, nous sommes toutes et tous des stars. Découvrez notre top 10 des meilleurs chanteurs.

10 – Tina Turner.

Tina Turner durant la promotion de Break Every Rule en 1986. Hollande.

Tina Turner est à elle seule un pilier du Rock, du Blues, de la Soul, et de la Pop ! Sa puissance vocale et son éclectique maîtrise des genres ont à jamais marqué l’histoire de la musique, et tout particulièrement l’histoire du Rock n’Roll. La chanteuse originaire du Tennessee s’est affirmée sur la scène américaine avec son mari guitariste Ike Turner, dans un premier temps grâce au tube soul “A Fool In Love” (1960) où la jeune femme, du haut de ses 21 ans, repousse déjà les limites du style. Au-delà de son talent vocal, Tina se fait remarquer pour sa prestation scénique faite de chorégraphies ultra dynamiques qu’elle interprète avec les Ikettes, qui accompagnent en chœur le duo star. Tina devient une star internationale : elle chante, danse, crie (toujours juste !). Jusqu’au début des années 70, elle interprète de nombreuses chansons écrites par Ike, les Beatles ou même Creedence Clearwater Revival, qui deviendront à leur tour des classiques. Tina devient alors “Queen of Rock n’Roll”. Victime de violences conjugales, elle parvient à se séparer d’Ike pour se consacrer dans les années 80/90 à une carrière solo ponctuée de titres Pop/Rock qu’elle interprète majestueusement lors de tournées où les stades remplis scandent en chœur des tubes désormais devenus cultes. Extrait.

9 – Otis Redding.

Otis Redding à la télévision anglaise dans l’émission Ready Steady Go en 1966. Michael Ochs Archives/Getty Images.

Une, si ce n’est la plus grande voix de la Soul allant du morceau de “Change Is Gonna Come” à “A Woman, A Lover, A Friend”. Sa voix est l’une des plus reconnaissables de la Soul, même si on peut dire qu’il n’y a pas l’une plus grandes tessiture vocale de la Soul. Il a chanté des morceaux devenus (et parfois composés) les plus grands standards de la musique, de l’iconique “I Can’t Turn You Loose”, repris de mainte fois comme par les Rolling Stones et immortalisé par les Blues Brothers en passant par “Respect”. En plus d’être un redoutable showman, son style est puissant et séduisant, et incarne vraiment ce qu’est la musique Soul.  Son style de voix est influencé par quelques autres légendes de la Soul, du Rhythm n’Blues et du Rock : Sam Cooke, Little Richard, Little Willie John et Hank Ballard. Il est malheureusement disparu trop dans le lac Monona lors d’un accident d’avion à l’âge de seulement 26 ans. Extrait.

8 – Ronnie James Dio.

Ronnie James Dio en concert avec Rainbow. Getty.

Le timbre si particulier de sa voix, éraillée, pouvant être joyeuse, plus grave mais toujours généreuse, alliée à sa puissance vocale font de Ronnie James Dio l’une des voix essentielles du Rock. Au milieu des années 70, il se fait connaître en assurant la première partie des shows de Deep Purple avec son groupe Elf (un excellent groupe de Boogie-Rock à écouter de toute urgence !) avant que le tube “Love Is All” du Butterfly Ball ne le propulse au rang de voix familière aux oreilles du monde entier. Celui qui n’était jusque-là qu’un très bon chanteur va, à partir de 1975, s’affirmer comme pilier du Hard Rock : cette année-là, il rejoint Ritchie Blackmore’s Rainbow au sein duquel il affirme un style très puissant, qui lui vaudra ensuite de remplacer Ozzy Osbourne dans Black Sabbath en 1980. Surmontant avec succès ce défi de taille, c’est sereinement qu’il peut se lancer dans une aventure plus personnelle en fondant son propre groupe : Dio. Dans un registre toujours plus hard, Ronnie s’affirme sans ne jamais oublier ses origines comme il prouve en 1999 lors du splendide In Concert with the London Symphony Orchestra. Extrait.

7 – James Brown.

Le Parrain de la Soul. Concert dans les années 90. Getty Images.

Please welcome Mr Dynamite, Soul Brother Number One. The hardeste working man in show business… Jaaaaayy-mes Brown! Le parrain de la Soul aurait fêté ses 87 ans il y a quelques jours à peine. Le natif de Barnwell en Caroline du Sud, a dans sa voix, les souvenirs d’une enfance et d’une adolescence pour le moins compliquées faites d’hivers rigoureux et de prison. La boxe est aussi une façon de s’exprimer. Il chante comme il donne des pains dans la gueule de ses adversaires. Brown est un symbole de la culture afro-américaine. Il synthétise le bonheur et la rage. Il est probablement à l’origine du Rap outre-Atlantique avec notamment le titre “Say It Loud, I’m Black And I’m Proud”. Sa carrière est à l’image de son phrasé et traduit le succès souvent planétaire, les cures de désintoxication et l’enfermement. Il est le patron et tous ses disques les moins connus valent le détour tant l’homme n’a cessé d’enregistrer des titres imparables. Creusez sa discographie. La période années 70 vaut son pesant de brushings impossibles et de vestes à paillettes. Extrait.

6 – Janis Joplin.

Janis Joplin en 1969. Getty.

Janis Joplin représente tout ce que les années 60 auront pu apporter au monde. Que ce soit de par une véritable révolution culturelle ou bien de par tous les excès de la période hippie.
Mais Janis est bien plus qu’une figure charismatique de son époque. Celle qui a envoûté Woodstock de sa puissance vocale est une véritable déesse dont la voix tantôt puissante, tantôt douce a su chanter les peines et les espoirs. Que ce soit sa version de “Summertime” ou bien le démentiel “Cry Baby” de son ultime album. Janis Joplin est une grande, son charisme et la puissance de sa voix résonnent toujours des décennies plus tard comme la voix rude du Summer Of Love. Contrastant avec la douceur de Joan Baez. Celle qui se faisait appeler “Pearl”  est toute simplement légendaire. Extrait.

5 – Robert Plant.

Robert Plant avec The Sensational Space Shifters sur scène à Bergenfest le 15 juin 2019 à Bergen, Norvège. © Getty / Per Ole Hagen / Redferns.

Il est la voix venant faire la parfaite jonction entre le Blues et le Rock n’Roll. Au sein de Led Zeppelin, fondé en 1968, il contribue à l’invention du “Hard Rock”. Si ses compères Jimmy Page (guitare), John Paul Jones (basse) et John Bonham (batterie) innovent sur bien des plans pour contribuer à faire naître ce tout nouveau style (riffs, construction des morceaux, son, combinaison des instruments etc.), Robert lui, ajoute sa pierre à l’édifice en imposant sa manière unique de chanter. Sans se détacher complètement de ses inspirations, allant de Muddy Waters à Elvis Presley, il pose tantôt très calmement sa voix aiguë quand cela est nécessaire pour tantôt pousser des cris inattendus sur fond de riffs distordus : “Whole Lotta Love” en est l’exemple type. Et pour habiller cette voix, quoi de mieux qu’être une bête de scène à la chemise ouverte, aux pattes d’eph inimitables et au micro bien levé ? Après la dissolution de Led Zeppelin en 1980, Robert Plant se lance dans une carrière solo abordant avec succès une palette de styles, en se détachant avec audace de ce qu’il sait déjà faire, et ce, toujours avec cette voix si caractéristique. C’est aussi ça être un grand chanteur. Extrait.

4 – Paul McCartney.

Paul McCartney en 1969. Linda McCartney.

Un des musiciens/compositeurs les plus influents de l’histoire de la musique mais aussi une des voix les plus mythiques du Rock pouvant aller sur 4 octaves ce qui est d’une grande rareté : du si du premier octave au si, du cinquième octave allant du morceau “Nothing Too Much Out Of Sight” (morceau du Fireman) à la reprise du morceau “Money (That’s What I Want)” où il fait les chœurs (par les Beatles). McCartney a eu une carrière très riche explorant différents types de musiques tels que le Classique, le Hard Rock, le Jazz, l’Electro, le Gospel, la Pop baroque sans oublier le Rock. Seule une voix comme celle de Paul est capable de chanter un “Oh! Darling” sur Abbey Road (même si John Lennon pensait avoir pu être meilleur), de chanter le morceau “Monkberry Moon Delight” en répéter le refrain pendant plus de 2 minutes de manière inlassable, de chanter “Maybe I’m Amazed”, ce cri d’amour puissant à sa femme Linda, de chanter et composer un morceau précurseur du Heavy Metal, “Helter Skelter” qu’il lui a été inspiré par la description faite d’un morceau des Who, “I Can See For Miles” qu’un journal a faite : “un son lourd et brutal”. Extrait.

3 – Aretha Franklin.

Aretha Franklin chante dans les studios d’Atlantic Records lors de l’enregistrement de “The Weight” le 9 janvier 1969 à New York City. Crédits : Getty.

La voix féminine la plus légendaire de la musique, voix pouvant aller des morceaux “I Knew You Were Waiting (For Me)” à “Think”, une voix allant de G2 à E6 (ou B5 selon les versions) sur trois octaves, même quatre selon les dires de certains. Sa voix a sublimé un morceau d’une autre grande voix dans la liste, Otis Redding : “Respect” en lui donnant une forte touche féministe et devenant un hymne de la libération féminine. Elle a même remplacé au pied levé l’un des plus grands ténors Luciano Pavarotti au Grammy Awards le 25 février 1988 à New York en interprétant le morceau “Nessun Dorma” un air pour ténor tiré de l’opéra Turandot de Giacomo Puccini, fréquemment chanté par Pavarotti pas surnommé pour rien, le roi des annulations. Peu d’artistes peuvent prétendre remplacer au dernier moment un ténor sans faillir. Extrait.

2 – Elvis Presley.

Elvis à Graceland. Getty.

Le titre de “Roi” lui va si bien… Sa majesté Elvis Presley vient compléter le podium sur sa seconde marche. Comment demeurer insensible à la voix mielleuse du “King” ? Né dans le Gospel, il a su nous émouvoir dans tous les registres qu’il a pu parcourir. Doté d’une voix puissante, il donnait sur scène l’impression de ne jamais forcer. Il est la voix du Rock, la voix du Blues et à ce jour son style et sa technique demeurent inégalés. Contrairement à nombre de chanteurs après lui, Elvis n’oubliais pas que Rock n’Roll comporte le mot “Roll”. Et sa voix le faisait ressentir au détour des “Hound Dog” ou “All Shook Up”.
Sur sa tombe à Graceland on peut lire : Il était un cadeau précieux de Dieu que nous avons chéri et aimé tendrement. Il avait un talent divin qu’il a partagé avec le monde, et sans aucun doute. On trouvera difficilement meilleure définition de ce qu’était le “King”. Extrait.

1 – Freddie Mercury.

Freddie Mercury en 1981 au Budokan de Tokyo. Koh Hasebe/Shinko Music/Getty Images.

Il est parfois des choix qui sonnent comme une évidence. Comme par exemple de placer au sommet de ce top Freddie Mercury. La voix du natif de Zanzibar y est pour beaucoup dans le succès du groupe Queen. Dotée d’une large tessiture, la voix de Mercury est puissante, elle peut arracher des frissons à n’importe qui. Les morceaux démontrant son talent sont nombreux que ce soit The “Prophet Song”, “Innuendo” ou bien évidemment “Bohemian Rhapsody”. Mercury est celui qui aura réuni Rock et monde de l’Opéra au sein d’un même cercle. Le monde se souviendra à jamais de la performance de Queen au Live Aid en 1985 qui demeure aujourd’hui encore comme l’une des plus grandes performances scéniques de tous les temps. Une performance courte mais intense pendant laquelle Queen et Freddie Mercury ont littéralement tout explosé . Extrait.

Mentions honorables : Marvin Gaye, Bruce Springsteen, Joe Cocker, Sam Cooke, Ozzy Osbourne, Roger Daltrey, Bon Scott…

Playlist :

À bientôt sur RefrainS.

La Rédac‘.

Partager

Published in Articles Playlists

Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *